Les rhumatismes : symptômes, traitements, préventions et solutions naturelles

Les rhumatismes : symptômes, traitements, préventions et solutions naturelles

Rhumatisme, arthrite, arthrose, ostéoporose… nous mettons souvent de très nombreux mots sur les douleurs articulaires qui peuvent nous affecter, sans pour autant savoir avec précision de quel mal on souffre. Pourtant, les troubles ostéoarticulaires font partie des premières causes d’incapacité et de handicaps, notamment chez les personnes les plus âgées. Et pour cause : les douleurs articulaires associées aux mouvements nous condamnent rapidement à diminuer la pratique d’une activité physique et à éviter, le plus souvent, tout mouvement. Rapidement, un véritable cercle vicieux s’installe. En effet, et même si les causes des rhumatismes ne sont pas toutes très bien comprises, il est indispensable de mobiliser et solliciter ses articulations pour prévenir ces crises douloureuses. À ce titre, il est indispensable de savoir avec précision de quel mal on souffre. Il existe également de très nombreux traitements, aussi bien dans la médecine conventionnelle et non conventionnelle, qui permet de soulager ces douleurs des rhumatismes. Mais alors, qu’est-ce qu’un rhumatisme ? Quels sont les symptômes des maladies articulaires ? Comment les prévenir ? Et quelles sont les solutions naturelles existantes pour traiter et soulager les rhumatismes ? Kerdynelle fait le point.

Les rhumatismes, qu’est-ce que c’est ?

En réalité, le rhumatisme est un terme générique qui sert à désigner un ensemble de pathologies qui atteint les articulations de l’organisme. Le rhumatisme se caractérise principalement en une difficulté de faire bouger son ou ses articulations et s’accompagne, très souvent, de douleurs, au repos ou en activité.

L’on distingue alors plusieurs pathologies qui sont regroupées sous le terme de rhumatisme. Les plus connues sont l’arthrite, l’arthrose ou l’ostéoporose, mais il existe également d’autres maladies à l’origine de rhumatismes, comme c’est le cas de certaines maladies auto-immunes, tel que la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite ankylosante. À noter que les rhumatismes sont classés en deux catégories : ceux inflammatoires et ceux non inflammatoires.

Voici une liste non exhaustive des différentes pathologies que l’on retrouve sous le terme de rhumatisme.

L’arthrite

L’arthrite est sans aucun doute l’un des rhumatismes les plus courants en France. Il ne faut cependant pas confondre cette pathologie avec l’arthrose, dont les mécanismes sont diamétralement opposés.

Cette pathologie, dont le mot vient du grec Arthron (« articulation »), désigne une inflammation des articulations du corps humain (ou animal). Cette inflammation peut être aiguë ou chronique. À ce titre, l’arthrite est bien souvent un signe clinique associé à la présence d’une ou de plusieurs maladies articulaires. Elle peut être d’origine rhumatismale ou infectieuse.

L’on parle de monoarthrite lorsque seule une articulation est touchée et de polyarthrite lorsque plusieurs articulations sont atteintes par l’inflammation. L’on entend parfois parler d’oligoarthrite lorsque deux à quatre articulations sont touchées.

Il s’agit généralement d’une maladie bénigne, mais dont les conséquences sur la qualité de vie de l’individu touchée peuvent être importantes. En effet, elle peut être particulièrement invalidante.

L’arthrose

L’arthrose, également connue sous le nom d’arthropathie chronique dégénérative, est une maladie touchant les articulations. Cette pathologie se traduit par une dégénérescence du cartilage au niveau des articulations. Or, le cartilage joue un rôle primordial dans le bon fonctionnement de nos articulations. À la fois souple et résistant, il fait office de « film protecteur » de l’os et permet le glissement des os entre eux sans difficulté et sans douleur. À cela, le cartilage possède une grande capacité d’amortissement, ce qui permet de réduire les frictions et les contraintes mécaniques imposées à l’articulation.

Malgré toutes ses vertus, le cartilage situé au niveau des articulations possède un inconvénient de taille : il ne se régénère pas, ou mal. Sa dégénérescence ne lui permet plus de remplir son rôle et les os d’une même articulation commencent à frotter entre eux, ce qui révèle alors une source de douleurs.

Plus tard, le frottement des os composant l’articulation induit une prolifération osseuse sous le cartilage. Cette même prolifération osseuse compromet alors le fonctionnement normal de l’articulation, ce qui explique que les personnes souffrant d’arthrose ont davantage de mal à faire bouger leurs articulations.

Sur le long terme, l’arthrose peut s’accompagner de la formation de petites excroissances osseuses au niveau des articulations, aussi appelées nodosités d’Heberden.

Il ne faut pas confondre l’arthrose avec de l’arthrite. En effet, l’arthrose n’est pas inflammatoire, tandis que l’arthrite ne se caractérise pas par une dégradation du cartilage.

La Polyarthrite rhumatoïde

Derrière ce nom un peu barbare se cache l’une des maladies inflammatoires dégénératives des articulations les plus courantes, notamment au cours de ces dernières années. D’ailleurs, son nom scientifique indique bien qu’il s’agisse d’une maladie en lien avec l’inflammation des articulations et son lien au rhumatisme.

Cette pathologie se caractérise par une atteinte articulaire dégénérative. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les articulations s’enlaidissent et se déforment, et le patient peut souffrir de douleurs au niveau des parties du corps touché. Généralement, ces rhumatismes touchent les poignets, les mains et les doigts. La difficulté à effectuer des mouvements articulaires est caractéristique de cette maladie (et des rhumatismes en général).

La maladie évolue sous la forme de poussées et de rémissions de raidissements et de douleurs des articulations. À terme, la polyarthrite rhumatoïde conduit à une déformation articulaire et à une destruction tendineuses.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune. Il s’agit d’une anomalie du système immunitaire, conduisant ce dernier à s’attaquer aux composants normaux de l’organisme. L’on pense aujourd’hui que la maladie est avant tout d’origine génétique, même si l’on soupçonne que certains facteurs environnementaux, comme le tabagisme ou les poussières de silice, participent également au développement de la maladie.

Et les autres rhumatismes ?

Même si l’arthrite, l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde sont les rhumatismes les plus courants en France, et dans le monde, il existe également d’autres maladies qui peuvent être à l’origine de douleurs articulaires et de difficultés à réaliser des mouvements articulaires.

L’une des plus anciennes à avoir été documenté est sans aucun doute la goutte, qui fut alors décrite dès la Rome antique. Cette maladie se caractérise alors par une augmentation du taux d’acide urique dans l’organisme, avec notamment une prédilection pour les articulations, d’où son surnom d’arthrite goutteuse. Son signe clinique le plus caractéristique est la paralysie du gros orteil (monoarthrite aiguë).

L’on retrouve également l’arthrite psoriasique, qui se caractérise par des inflammations douloureuses des articulations et de la colonne vertébrale. Ce rhumatisme découle du psoriasis, une inflammation chronique de la peau.

L’ostéoporose, même s’il s’agit d’une maladie des os, est souvent considérée comme un rhumatisme. Cette pathologie est conséquence du vieillissement naturel de notre organisme, et donc de nos os. Ces derniers se dégradent, avec une influence sur les articulations du corps, occasionnant alors des douleurs et des raideurs articulaires.

Il existe également d’autres pathologies liées au rhumatisme, comme c’est le cas de la spondylarthrite ankylosante, la collagénose ou les maladies microcristallines, mais celles-ci sont cependant moins courantes.

Quels sont les symptômes des rhumatismes ?

Les symptômes des rhumatismes peuvent varier en fonction d’une maladie à une autre. Cependant, il est possible de dresser une liste de symptômes commune à ce que l’on appelle communément des « rhumatismes ».

Le premier symptôme caractéristique du rhumatisme est d’ordre mécanique. La personne souffrant de rhumatisme rapporte alors une difficulté à mouvoir correctement ses articulations, telles que ses mains, ses doigts, mais aussi ses jambes ou ses genoux. Dans certains cas de figure avancée, les rhumatismes peuvent même toucher les articulations au niveau de la colonne vertébrale, accentuant encore davantage cette difficulté à se mouvoir correctement.

Le second symptôme caractéristique des rhumatismes est celui de la douleur. En effet, les affections au niveau des articulations, et les difficultés à mouvoir ces dernières sont source de douleurs pour le patient. Ces douleurs peuvent être ressenties tout au long de la journée ou à l’occasion d’un mouvement ou de la pratique d’une activité physique. Cependant, ces douleurs sont le plus courantes en fin d’après-midi, dans la soirée et à l’arrêt.

Paradoxalement, les douleurs et les raideurs au niveau des articulations diminuent en sollicitant ces dernières.

À cela, les rhumatismes peuvent s’accompagner de plusieurs symptômes d’ordre physiologique. La personne souffrant de rhumatisme peut alors constater des gonflements ou l’apparition de zones rouges et chaudes au niveau des articulations qui lui font mal. Dans certains cas de figure, les articulations touchées peuvent se déformer, comme c’est le cas pour la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrose ou la goutte. Il s’agit d’ailleurs de l’une des conséquences d’un rhumatisme dit « avancé ». Ces déformations sont constatées, le plus souvent, chez les personnes les plus âgées.

Finalement, les rhumatismes peuvent s’accompagner de douleurs musculaires ou de tendinopathies (une maladie douloureuse des tendons) situées à proximité immédiat des articulations souffrant de rhumatisme.

Quelles sont les causes des rhumatismes ?

Les causes et les origines des rhumatismes sont aussi diverses que variées. D’ailleurs, ce phénomène, dans certains cas de figure, n’est toujours pas complètement élucidé et compris par les professionnels de santé. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas de cause unique expliquant l’apparition de rhumatismes.

Le vieillissement naturel de notre organisme, ainsi que l’âge, est, sans aucun doute, les deux principales causes de l’apparition de rhumatismes. La dégénérescence de nos cartilages et de notre tissu osseux expliquerait ainsi, en grande partie, le raidissement de nos articulations et l’apparition de douleurs au niveau de celles-ci. L’on constate en effet que les premiers rhumatismes apparaissent à l’âge de 40 ou de 50 ans.

D’autres éléments permettent cependant d’expliquer l’apparition de douleurs et de raideur articulaires. Ainsi, des traumatismes articulaires, une sollicitation excessive des cartilages, des chocs répétés, une fracture osseuse, ou même une mauvaise posture ou une mauvaise utilisation des articulations pourraient expliquer l’apparition de rhumatismes. Cela explique, en partie, pourquoi certains sportifs, amateurs ou de haut niveau, en sont également atteints.

Les professionnels et autres chercheurs n’excluent pas non plus des causes exogènes à l’apparition de rhumatismes. Ainsi, une mauvaise hygiène de vie, comme la consommation de tabac ou d’alcool, un surpoids, une alimentation déséquilibrée, le manque de vitamines D ou de calcium ou l’exposition à certaines substances chimiques pourraient contribuer à l’apparition de rhumatismes.

La génétique est un autre facteur pouvant expliquer l’apparition de rhumatismes. C’est notamment le cas pour certaines maladies, comme la polyarthrite rhumatoïde ou l’arthrose.

À noter finalement que les femmes sont davantage touchées par les rhumatismes que les hommes, notamment après la ménopause.

Comment prévenir les rhumatismes ?

Comme nous l’avons vu, les rhumatismes, mis à part ceux d’origine héréditaire ou génétique, sont liés à la dégénérescence et au vieillissement normal des cartilages, des os, et de nos articulations.

Comme pour tout autre élément de l’organisme humain, il est alors possible de prendre un certain nombre de précautions et de réflexes, permettant ainsi de prévenir l’apparition de rhumatismes, si ce n’est d’en repousser l’apparition ou d’en diminuer leur intensité.

La pratique d’une activité physique

Tout d’abord, il est conseillé de pratiquer régulièrement une activité physique pour prévenir l’apparition de douleurs articulaires et de rhumatismes. En effet, un corps bien entraîné, sans kilos en trop, saura mieux réagir aux phénomènes d’usures, quels qu’ils soient. Un proverbe allemand représente bien cela : « qui ne bouge pas, rouille »… et cela vaut pour tout type de rhumatismes.

Certaines activités sportives sont cependant meilleures que d’autres pour prévenir l’apparition de rhumatismes. Ainsi, la natation, la marche ou le vélo sont des sports complets qui permettent de solliciter ses articulations en douceur, tout en prévenant la sédentarité et l’obésité (qui sont, on le rappelle, des facteurs de risques pour les rhumatismes).

Certains sports, au contraire, ne sont pas forcément bons pour nos articulations. C’est notamment le cas de la boxe, du football, du tennis, de course à pied ou de la corde à sauter. Ces sports peuvent en effet provoquer des impacts fréquents au niveau des articulations et favoriser ainsi l’usage du cartilage. À noter que la randonnée doit être pratiquée avec un poids raisonnable sur le dos, au risque de trop solliciter son genou.

Une alimentation saine

L’alimentation est certainement l’une des meilleures alliées de notre organisme. En effet, c’est via l’alimentation que l’on apporte toutes les vitamines et tous les nutriments dont notre organisme a besoin pour fonctionner correctement.

Or, le cartilage, nos os, ainsi que nos articulations ont besoin d’un certain apport quotidien en nutriments pour fonctionner correctement. Or, le cartilage, contrairement à d’autres éléments de notre corps, comme la peau ou les os, ne se régénère que très peu et cicatrise difficilement. Cette particularité s’explique par le fait que le cartilage est un tissu dépourvu de nerf et de vaisseaux.

À ce titre, il est indispensable d’en prendre soin via une alimentation équilibrée. Certains aliments (et nutriments) permettent alors de le renforcer et de limiter sa dégénérescence. Le calcium et la vitamine D sont les principaux nutriments dont le cartilage a besoin pour rester en bonne santé.

À cela, il convient d’éviter les aliments riches en purine, tels que la bière, les abats, les crustacés. Cette purine contribue en effet à stocker des cristaux d’urate de sodium dans le liquide synovial, occasionnant alors de fortes douleurs.

Il est également conseillé de consommer des aliments connus pour leurs propriétés anti-oxydantes, permettant de lutter contre le vieillissement des cellules du cartilage. Certains aliments permettent de faire diminuer le taux d’acide urique dans l’organisme, comme c’est le cas notamment de la vitamine C.

Finalement, le cartilage étant composé à 75 % d’eau, il est bien évidemment indispensable de bien s’hydrater avec de l'eau magnétisée pour conserver son cartilage, et donc ses articulations, dans un parfait état de marche.

Faire attention à son hygiène de vie

Il est indispensable de faire attention à son hygiène de vie si l’on veut prendre soin de ses articulations et éviter tout rhumatisme. Il est alors conseillé de s’éloigner des produits sources de radicaux libres dans l’organisme, comme c’est le cas de la cigarette ou de l’alcool.

Une alimentation équilibrée contribuera également à conserver un poids normal, et permettra d’apporter tous les nutriments dont nos articulations ont besoin pour fonctionner.

Les traitements des rhumatismes

Les traitements des rhumatismes varient en fonction de la pathologie qui en est à l’origine. En effet, l’on ne soigne pas de la même manière un rhumatisme inflammatoire et un rhumatisme non inflammatoire.

Les traitements issus de la médecine conventionnelle ont pour principaux objectifs de soulager et d’arrêter l’évolution de la maladie.

L’utilisation d’antalgiques et d’antidouleurs est bien souvent la seule solution pour soulager les douleurs dans le cadre de la médecine conventionnelle. En effet, au-delà d’une difficulté à mouvoir une articulation, les douleurs qui y sont associées sont le principal motif de consultation des patients.

Dans le cas des rhumatismes inflammatoires, comme l’arthrite, des anti-inflammatoires peuvent être utilisés pour soulager les crises inflammatoires. Si cette solution n’est pas efficace, les rhumatologues peuvent proposer des injections au niveau des articulations, et ce, pour espacer les crises. Ces traitements de fonds, qui agissent sur le système immunitaire et bloquent les réactions inflammatoires, sont plutôt efficaces dans le traitement des rhumatismes inflammatoires.

Cependant, d’autres pathologies, et notamment les rhumatismes non inflammatoires ne peuvent pas toujours, encore aujourd’hui, être traitées par des traitements de fond, comme c’est le cas de l’arthrose ou de la fibromyalgie.

La kinésithérapie ou la pratique d’une activité physique encadrées représentent, quant à elles, des approches non pharmacologiques pour traiter tous les rhumatismes. Elle permet de solliciter en douceur l’articulation et agit en prévention de la douleur.

Enfin, et notamment chez les patients arthrosiques, la chirurgie peut être envisagée. Cette solution permet alors de prévenir la destruction des cartilages ou réparer des tendons ou des ligaments de l’articulation. La chirurgie peut également intervenir pour poser des prothèses et restituer la fonction de l’articulation. Cette solution est cependant évoquée en dernier recours, lorsque l’articulation en question reste douloureuse malgré le traitement médical. Cette intervention est suivie d’une rééducation post-opératoire.

Quelles solutions naturelles pour traiter les rhumatismes ?

Si la médecine conventionnelle et les traitements de fonds qui y sont associés permettent de traiter et de soulager certains rhumatismes, à l’exception de l’arthrose, qui demande une intervention chirurgicale lorsque les antalgiques ne font plus effet, il existe également des solutions naturelles qui permettent de traiter et de soulager les rhumatismes. Ces solutions naturelles peuvent alors venir en complément, ou même se substituer aux solutions pharmacologiques. La magnétothérapie, la phytothérapie ou les traitements thermiques sont quelques-unes de ces solutions.

La magnétothérapie

La magnétothérapie est une solution 100 % naturelle permettant de soulager et de traiter les rhumatismes et les douleurs qui y sont associés. En effet, les inflammations, la tendinite et l’arthrose répondent particulièrement bien à la magnétothérapie. Cette thérapie permet d’agir directement au niveau des articulations douloureuses et de soulager rapidement ces dernières. D’autant plus que cette solution est exempte d’effets secondaires, contrairement à certains traitements médicamenteux.

Les aimants thérapeutiques sont d’excellentes alternatives aux différents antalgiques et anti-inflammatoires généralement prescrits par les médecins. Ces puissants aimants thérapeutiques en terres rares peuvent être disposés au niveau de ses articulations comme les genoux, les chevilles ou les mains, apportant une nette amélioration de la souplesse et de la mobilité articulaire. Ces aimants sont d’ailleurs très souvent utilisés pour traiter les douleurs liées à l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde ou la fibromyalgie, ces aimants médicaux sont inscrit au Vidal des pharmaciens.

Les textiles magnétoactifs sont fréquemment utilisés pour traiter des douleurs chroniques liées à un inconfort articulaire. Il s’agit de vêtements auxquels des aimants polarisés ont été intégrés dans le tissu. Cette solution permet ainsi de couvrir son corps entier et de faire face à différents troubles articulaires. Les différents produits permettent de traiter avec une précision une zone du corps particulièrement douloureuse, notamment à l’aide d’une genouillère ou d’une chevillère.

Le bracelet magnétique en cuivre est sûrement le premier élément auquel on pense lorsque l’on aborde le sujet de la magnétothérapie. D’ailleurs, son usage remonte à plusieurs millénaires, aussi bien pour des raisons esthétiques que thérapeutiques. Son port au quotidien s’avère être une solution naturelle et efficace pour soulager les douleurs articulaires et inflammatoires. Ces derniers peuvent être conçus en cuivre, en acier inoxydable ou en céramique, et permettent de lutter contre l’arthrose, l’arthrite ou les rhumatismes.

La phytothérapie : l’art des plantes

Bien avant l’usage des médicaments de synthèse, l’être humain faisait usage des plantes pour se soigner et traiter les différentes affections de la vie quotidienne. D’ailleurs, l’usage des plantes pour lutter contre les rhumatismes est documenté depuis maintenant plusieurs centaines d’années, et celles-ci n’ont pas leur pareil pour apaiser arthrite, arthrose et douleurs articulaires.

Les principales plantes utilisées pour soulager les douleurs articulaires sont le cassis et la reine-des-prés. En effet, le cassis est un antioxydant naturel et est naturellement riche en flavonoïdes et en tanins de catéchol. Ces actifs agissent sur les douleurs articulaires et les apaisent. À ce titre, le cassis est considéré comme étant la plante anti-rhumatismale par excellence. La reine-des-prés, quant à elle, possède les mêmes propriétés anti-inflammatoires et antalgiques que l’aspirine. À ce titre, sa consommation permet de soulager les douleurs liées au rhumatisme.

D’autres plantes peuvent être utilisées pour traiter les rhumatismes. Ainsi, le curcuma est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires. D’autant plus que cette épice vient apporter de belles saveurs aux plats ainsi cuisinés. L’harpagophytum est une autre plante anti-inflammatoire qui permet de soulager efficacement toutes les pathologies rhumatismales.

Si la consommation de ces plantes est le plus souvent orale, il est également possible de s’orienter vers des solutions topiques, comme l’arnica. Cette plante, le plus souvent conditionnée sous forme de crème, permet alors de soulager les crises rhumatismales grâce à ses propriétés antidouleur et anti-inflammatoires.

Les traitements thermiques

Les personnes souffrant de rhumatisme se plaignent souvent de douleurs, mais également des sensations de chaleur qui se dégagent de leurs articulations. En effet, la douleur et l’inflammation des articulations peuvent être à l’origine de sensations de chaleur.

Il existe alors des solutions naturelles pour faire disparaître cette chaleur et calmer ainsi les douleurs rhumatismales. C’est ce que l’on appelle les traitements thermiques ou les cataplasmes froids.

Par exemple, il est possible d’utiliser de l’argile médicinale en cataplasmes à l’occasion de poussées inflammatoires. Cette argile possède en effet des propriétés anti-inflammatoires, décongestionnant et analgésique.

De la même manière, la prise d’un bain complet à l’occasion d’une crise de rhumatisme permet d’atténuer la douleur et de stimuler la circulation sanguine. Ce traitement thermique a pour vocation à réduire l’inflammation et à apporter un certain apaisement chez le patient. L’ajout de certaines fleurs, comme de l’arnica ou des fleurs de foin, au bain permet même de profiter de leurs effets antidouleur et anti-inflammatoires.

En conclusion :

Ainsi, les rhumatismes se caractérisent par des douleurs et des raideurs au niveau des articulations. Si ces rhumatismes se déclarent, le plus souvent, à l’âge adulte, il est indispensable de les traiter rapidement. En effet, ces rhumatismes peuvent considérablement altérer la qualité de vie de celui qui en souffre, et le conduire à limiter, le plus possible, ses mouvements. Il existe, heureusement, de très nombreuses solutions, naturelles qui plus est, qui permettent de soulager ces douleurs et de continuer à vivre sa vie de tous les jours le plus naturellement qu’il soit.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire