Névralgie pudendale et magnétothérapie ?

Névralgie pudendale et magnétothérapie ?

Qu'est-ce qu’une névralgie ?

La définition du petit robert dit : “Douleur ressentie sur le trajet d'un nerf sensitif”.
La névralgie est ce que l’on nomme, en médecine, une neuropathie périphérique, qui entraîne des douleurs en éclair ou persistantes, causées par l’irritation ou la lésion d'un nerf. C’est un terme générique pour qualifier les troubles qui ont comme principal symptôme, d’intenses douleurs intermittentes sur le trajet d'un nerf.
La névralgie se manifeste sous forme aiguë qui peut devenir chronique.

Qu'est-ce que la névralgie pudendale ?

La névralgie pudendale, également connue sous le nom de syndrome D’Alcock, est une inflammation liée à la compression du nerf pudendal qui se trouve être anciennement appelé nerf honteux. Issu de la moelle épinière, il est un des principaux nerfs qui innervent le périnée. Celui-ci étant un muscle situé sur la paroi inférieur du pelvis, il a un rôle essentiel dans la continence urinaire et anale. Il joue aussi un rôle prépondérant dans la sexualité.
C’est donc toute la région intime, se situant entre le clitoris et l’anus chez la femme et entre les testicules et l’anus chez l’homme, qui est touchée par cette inflammation.

Cette pathologie à part entière se définit ainsi par des douleurs chroniques du périnée. Elles sont décrites de type brûlures intenses entre les cuisses, tiraillements, sensations de décharges électriques et pincements. Elles sont principalement aggravées par le fait d’être assis, rendant le quotidien extrêmement difficile à gérer. En effet, peu importe vos  activités journalières, ces fortes douleurs peuvent être soulagées uniquement par une position allongée et reposante.

La vie intime est, elle aussi, fortement atteinte par cette pathologie, qui ne vous permet plus de trouver du réconfort dans les rapports intimes. Une telle douleur dans la région des organes sexuels peut entraîner un repli sur soi, voir un refus de tout contact. C’est souvent un bouleversement dans le couple. Ce qui peut amener un désarroi émotionnel et psychologique profond.

Selon les dernières études, cette pathologie toucherait plus de 6000 personnes en France avec une prédominance chez les femmes de plus de 50 ans. Ainsi que 4 hommes pour 6 femmes.

C’est une pathologie évolutive qui s’installe pour de longs mois. Il est donc extrêmement important de prendre le plus grand soin de soi durant ce temps. Il faudra trouver la force et le courage pour l’affronter et trouver des solutions.

Tout d’abord, voyons comment dépister une névralgie pudendale afin que vous puissiez au plus vite mettre en place un suivi et une aide.

Comment déceler une névralgie pudendale ?

Les causes

La névralgie pudendale n’a, à ce jour, aucune cause connue. C’est une pathologie idiopathique. On peut cependant mettre en avant certains facteurs de risques tels que :
Chute sur les fesses
Suites d’une intervention chirurgicale
Prédominance génétique (canal d’Alcock rétréci)
Pratique de certaines activités sportives (vélo, équitation …)

C’est une pathologie d’apparition fortuite, parfois à la suite d’une opération dans la région génitale ou après une chute. Des sports de type équitation ou la pratique répétitive du vélo, qui sollicitent beaucoup le siège, peuvent créer à longs termes des micro blessures sur le nerf pudendal, engendrant de surcroît cette terrible inflammation.

Les causes n’étant pas évidentes, il va falloir se pencher plus précisément sur les manifestations, les signes avant-coureurs, dont voici les principaux décrits par les patients.

Les symptômes

Les personnes souffrant de cette névralgie décrivent des symptômes identiques qui sont le plus souvent :
Sensations de brûlures intenses dans la région génitale, entre les cuisses
Décharges électriques fulgurantes
Pincements profonds au niveau du périnée
Sensation d'étau, de torsion
Engourdissement et picotements entre les organes génitaux et l’anus

Tous ces symptômes caractérisent les douleurs quotidiennes des personnes atteintes de névralgie pudendale.

“Chez les hommes, les douleurs auront la même localisation, donc seront au niveau de la verge, des testicules et de l'anus" décrit le Dr Paradot.

Ces signes doivent vous amener à consulter votre thérapeute au plus vite afin de poser un diagnostic précis de votre situation.

Diagnostic

Actuellement, aucun examen ne donne lieu au diagnostic de névralgie pudendale de manière certaine, car aucune méthode d’investigation ne permet de visualiser correctement ce nerf.
C’est un ensemble d’arguments qui permet de retenir le diagnostic, que l’on nomme :
Les 5 critères de Nantes

      • Douleur dans le territoire du nerf pudendal
      • Aggravation par la position assise
      • La douleur ne réveille pas durant le sommeil
      • Pas de troubles de la sensibilité dans cette région
      • Test anesthésique du nerf pudendal positif  

Il est important de pratiquer des examens complémentaires et d’analyser les résultats avec un spécialiste afin de déterminer la normalité de ceux-ci. Par exemple avec la pratique d’une IRM pelvienne et lombaire qui permettrait d'éliminer d’autres causes de douleur du périnée.
Une fois ce diagnostic clairement posé, il vous faudra trouver des solutions pour améliorer votre qualité de vie et faire disparaître la douleur. En attendant la rémission complète de votre nerf, voici quelques suggestions qui ressortent du parcours des patients touchés par une névralgie pudendale.

Les alternatives pour soulager la névralgie pudendale ?

Qui consulter ?

Pour bien faire, il est important de se rappeler que cette maladie n’a pas de cause connue. Une prise en charge multidisciplinaire semble donc la meilleure façon de mettre toutes les chances de guérison de votre côté. Et à défaut, de trouver des alternatives pour soulager les douleurs jusqu'à totale apaisement du nerf.

La plupart des personnes ayant été atteintes par cette pathologie ont fait appel à différents thérapeutes. Ceci permet de mettre en place un suivi avec un large champ d’action et de soutien. Ce qui se révèle à long terme extrêmement important, tant physiquement que moralement et psychologiquement. En effet, les douleurs névralgiques finissent souvent par accabler le patient, lui faisant perdre toutes forces morales. Ce qui entraîne une perte d'espoir de guérison et potentiellement une descente vers un syndrome dépressif. La personne se sent sombrer psychologiquement, car en plus de cette terrible douleur, elle ne sait pas qui aller voir pour trouver de l’aide et du soutien. Fréquemment, le diagnostic est posé tardivement.

Nous avons dressé une liste non exhaustive des praticiens de divers horizons, qui peuvent vous apporter leur soutien dans la gestion des douleurs d’une névralgie pudendale.

Médecine allopathique (Se dit de la médecine classique)

Gynécologue et urologue

Par définition, ce sont des médecins qui s’occupent de l’appareil génital et des voies urinaires. Il est important de consulter un gynécologue pour les femmes et un urologue pour les hommes, afin de poser un diagnostic différentiel. Celui-ci permettra d’éliminer une infection urinaire qui pourrait, par exemple, provoquer le même type de symptôme. Cette première démarche va permettre un suivi de l’évolution de la pathologie. En parallèle de la mise en place d’un traitement antidouleur, antiinflammatoire et parfois neurologique. De plus, votre praticien pourra vous aiguiller vers les personnes compétentes pour vous accompagner dans votre guérison.

Algologue

C’est un spécialiste qui se consacre à l’étude de la douleur en général ainsi que de ses effets sur l'organisme. L'algologie prend en compte des diagnostics de toutes les spécialités médicales. Cette recherche perpétuelle de l’amélioration de la qualité de vie grâce à la prise en charge de la douleur, dans sa globalité, est extrêmement importante dans le cadre de souffrances chroniques de ce type. L’algologue va rechercher avec vous les éventuelles causes de cette inflammation du nerf pudendal. Il va travailler sur vos symptômes pour vous aider à améliorer la douleur en trouvant des pistes peut-être plus précises. Il sera ainsi possible de mieux soulager une douleur plus ciblée.

Au-delà de la médecine traditionnelle, il y a tout un panel de médecines dites “parallèles” qui peuvent vous aider à trouver des solutions pour vous sentir mieux. Par exemple en diminuant la présence de contractures musculaires qui pourraient garder un terrain propice aux douleurs du nerf pudendal. Ou bien des auxiliaires antidouleurs naturels qui vous aideraient à récupérer lorsque vous souffrez trop.

Spécialités thérapeutiques

Kinésithérapeute

Le kinésithérapeute est un professionnel paramédical spécialiste des mécanismes du corps au niveau musculaire et articulaire. Il pourra vous apporter ses connaissances sur la pathologie et vous expliquer comment soulager la douleur momentanément par des exercices. Les postures et la respiration sont des facteurs importants dans la prise en charge de cette souffrance physique.

Psychothérapeute

La psychothérapie est un traitement qui utilise vos moyens psychologiques pour soulager des troubles psychiques ou organiques. Elle fait partie de ce que l’on nomme les sciences humaines, qui sont en charge de l’étude des différents aspects de la réalité de l’être humain.
Le psychothérapeute va utiliser ses capacités de discernement pour vous aider à mieux gérer votre situation au quotidien. Pour apporter des réponses ou des clefs de solution afin de vous accompagner sur le chemin de la guérison. Son aide est d’une importance capitale lors de problématiques chroniques. Son soutien va vous permettre de “garder le moral” et de pouvoir avancer malgré la douleur, en limitant la souffrance.

Médecine alternative antidouleur

Ostéopathie

L’ostéopathie a été initiée par Andrew Taylor Still en 1874. Elle a pour grands principes que chaque structure du corps à un fonctionnement spécifique qui ne doit pas être gêné par des contraintes mécaniques, de mobilisation articulaire, ou physiologique.
Le traitement proposé par votre ostéopathe va consister à faire relâcher les tensions responsables de la compression du nerf pudendal. Pour cela, il va utiliser des techniques adaptées de biomécanique. Il va aussi travailler sur les tensions musculaires, viscérales ou tissulaires afin d’optimiser l'élasticité des tissus en cause de votre névralgie pudendale.

Magnétothérapie

Cette thérapie datant de l’antiquité fait aujourd’hui partie intégrante de ce que l’on nomme les médecines douces. Très usitée au Japon où elle est reconnue comme médecine traditionnelle, elle est exploitée en occident pour soulager les douleurs articulaires de types arthrose, arthrite et les rhumatismes. Elle est basée sur l’utilisation des puissants aimants médicaux en Néodyme. Leurs pouvoirs antidouleur et anti-inflammatoire en font de très bons alliés dans la prise en charge de la douleur d’une névralgie pudendale. C’est une technique de soin naturelle, simple à utiliser et économique qui vous apportera rapidement un soulagement. Il suffit de positionner un puissant aimant thérapeutique sur la zone douloureuse pour ressentir en quelques instants, voir quelques heures un apaisement de votre souffrance.

Naturopathie

C’est une technique de soin basée sur l’idée de guérison par la nature. C’est un ensemble de méthodes naturelles permettant de faciliter les mécanismes curatifs de votre corps pour vous permettre de retrouver un quotidien plus agréable avec moins de douleur.

Par exemple, comme antidouleur généraux, on peut utiliser :

      • Framboisier, Mélisse, Camomille (en tisane ou en complément alimentaire)
      • Bourgeon de Figuier : pour soulager les douleurs plutôt neurogènes

La naturopathie permettrait aussi de favoriser la sécrétion d’hormones antidouleurs par votre organisme. C’est une méthode douce qui apporte du réconfort au quotidien.
Toutes ces propositions de soutien aussi bien physique que psychologique vont vous permettre de trouver du repos dans les longues journées douloureuses que vous vivez au quotidien depuis l’apparition de cette inflammation du nerf pudendale.
Pour aller encore plus loin dans ce qui peut vous apporter du réconfort, voici des idées de matériel à utiliser sans modération.

Équipement de bien-être

Le coussin à bille

Merveilleuse trouvaille que ce petit coussin à emmener partout avec vous. Il permet de soulager efficacement et discrètement les points d’appuis qui pourraient accentuer vos douleurs au niveau de la zone périnéale. Ainsi la position assise redevient plus accessible avec moins d'appréhension. Ce produit existe avec différents types de garniture comme des graines de lin, par exemple. Généralement il est dans une enveloppe lavable facilement.

Ballon de gym

Formidable outil de bien-être au quotidien. À utiliser pour vous asseoir en lieu et place d’une chaise ou d’un fauteuil. C’est le produit idéal pour soulager votre périnée tout en musclant vos fessiers et vos abdos. La position assise sur votre ballon favorisera aussi la mobilisation de vos hanches, permettant la libération des tensions emmagasinées. Vous pourrez continuer de l’utiliser même si vous ne souffrez plus de pudendalgie.

Talonnettes

Certaines personnes atteintes de douleurs du nerf pudendal ont essayé de porter des petites talonnettes pour ne plus rester les pieds à plat et le résultat a été surprenant. Le changement de posture au niveau du bassin et donc du corps en général a permis un soulagement rapide de la douleur. Il est donc potentiellement intéressant de tester après en avoir parlé à votre médecin traitant.

En conclusion

il faut se souvenir que cette pathologie, sans cause connue, déclenche des tensions et des douleurs insupportables dans la région intime, suite à l’inflammation du nerf pudendal. Les patients atteints de cette pathologie se retrouvent très souvent dans un désert de soutien. Ils ne savent pas vers qui se tourner pour chercher de l’aide et trouver un accompagnement efficace dans l’évolution de leur situation.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

1 commentaires

Lise - 24/06/2022 09:16:11


Lorsqu’on m’a diagnostiqué une névralgie pudendale il y a 8 mois maintenant, j’étais dans une errance médicale depuis 1 mois (c’est très court par rapport à la moyenne). Soignée par mon médecin traitant ou les urgences gynécologiques, pour des infections urinaires ou des mycoses que je n’avais pas. Et une douleur si intense, jour et nuit, je me sentais sombrer psychologiquement.Et j’ai trouvé le Graal en ligne chez Kerdynelle : l’aimant thérapeutique de 50 mm. Il faut le poser directement sur la peau, sur le clitoris ou les lèvres, selon où se situe la douleur. On peut passer la journée avec, dans une culotte serrée, même en étant assise pour travailler. Le soir aussi pendant qu’on bouquine. Bref, c’est très simple et la douleur s’arrête en quelques minutes. C’est assez stupéfiant. J’ai d’abord cherché un gynécologue très âgé, me disant qu’il en connaitrait un rayon. Bingo. Celui sur lequel je suis tombée a tout de suite compris ce qu’il se passait et a mis les mots : "Madame, vous souffrez d'une névralgie pudendale. Et votre douleur est bien réelle." Il m’a alors mise sous Laroxyl. Un antidépresseur. À faible dosage, il traite les douleurs neuropathiques. Ce gynécologue, il m’a dit que ç'allait être très… très… long. Je le vois donc régulièrement et pour longtemps. Mais malheureusement le Laroxyl n’a pas suffi à me soulager. La position assise m’était insoutenable. Je ne parlais plus que de ma douleur, en boucle. J’avais l’impression que ma vie était fichue, sur tous les plans. Je suis allée chez mon génial ostéopathe, qui par chance connaissait cette pathologie et a beaucoup cherché à m'aider. Il m’a suivi toutes les semaines au début. Depuis j’espace les séances. C’est bon signe. Il m’a donné le nom d’une neurologue qui ne traite que ce problème-là. Je suis donc allée la voir. Dans mon cas, la chirurgie n’était pas une option. Elle m’a orienté chez des spécialistes qui connaissent également très bien les douleurs pelviennes et parfaitement la névralgie pudendale. Un spécialiste de la douleur pour l’utilisation d’un TENS qui modifie l'information que reçoit le nerf. Il est le seul à avoir osé faire un pronostic « pour qu’un nerf abîmé se répare, cela peut prendre 6 mois, mais aussi plus d’un an ». J’ai été ultra rigoureuse, mais je ne peux pas dire que j’ai vu un résultat sur mes douleurs. Une kiné spécialisée en urologie. Mon premier répit. Je la vois toutes les semaines. C’était possible d’aller mieux et de faire retomber les pics de douleur. Et une psy, selon ma neurologue, « si vous voulez guérir, elle n’est pas contournable ». Nécessaire pour tenir le coup psychologiquement. J’utilise aussi le ballon pour m’asseoir au bureau et le coussin que j’emmène partout avec moi. Voilà, j’ai fait le tour de tout mon parcours. J’espère que ça vous aidera, car j’ai passé tellement d’heures à chercher des solutions sur le net et j’ai trouvé Kerdynelle. La neurologue et la kiné me disent : « la plupart de leurs patient(e)s, elles finissent par ne plus jamais les revoir ! C’est donc la preuve qu’on peut revivre après une névralgie pudendale. Courages à toutes et à tous. Lise J